17 avril 2013

Doom-like


Oui, j'ai vu Doom récemment. Doom le film, hein, pas le jeu. Le film tiré du jeu. 

Sorti en 2005, un film d'Andrzej Bartkowiak
(à qui on doit aussi l'inepte Roméo doit mourir et
le cataclysmique Street Fighter - la légende de Chun Li).
Quand je dis que c'est le contraire de cette phrase bien connue des fans du Joueur du grenier, c'est que le scénar de Doom, à l'époque où il est sorti, c'était bien de la merde. Mais aujourd'hui, au milieu des G.I. Joe, Transformers et autres Expandables, ben Doom, c'est finalement pas si mal.
On y retrouve Dwayne « the Rock » Johnson, dans un rôle de bourrin (ben oui), Karl Urban (surtout connu depuis pour son rôle de McCoy dans le dernier Star Trek) et Rosamund Pike, perdue là-dedans (elle venait de tourner Orgueil et Préjugés, en ferronnerie on appelle ça « une trempe »).
Le film se veut une sorte de survival horror martien, et se révèle une honnête série B testostéronée, filmée sans génie mais distrayante. Nettement plus que n'importe quelle merde signée Michael Bay, en tout cas.

2 commentaires:

Oud a dit…

Mouais. tout est relatif quoi. Mais ds l'absolu, tu sais bien que c'est tout pourri. En revanche, le jeu était simplement excellent.

Neil a dit…

En effet. C'est pas pour rien si au début tous les FPS étaient appelés des "Doom-like".