26 juin 2015

Inside Out

Avec Monsieur ADN, Méthanie (qui a un peu grossi), Clochette (qui a pris des cours de comédie),
Lavinia et Super Meat Boy.

Je n'ai pas eu beaucoup de temps cette semaine, mais j'ai quand même réussi à aller voir Vice-Versa (Inside Out en VO), le dernier Pixar, acclamé par la critique. Et c'est bien. Mais...

Je ne peux pas m'empêcher d'être un peu déçu. Comme d'habitude avec les productions Pixar, les bandes-annonces ne nous dévoilaient pas le pitch du film, mais seulement son principe : ici, on se retrouve dans la tête d'une fillette de douze ans, et on suit les aventures des émotions qui y vivent. C'est un excellent principe, qui permet des dizaines de gags et de trouvailles visuelles.
Mais du coup j'ai été assez déçu du manque d'ambition de l'intrigue. Comme d'habitude, le film a une double lecture, mais on est à mille lieues de la portée d'un Wall-E ou d'un Up! en termes d'enjeux*. Ce qui me laisse à penser que le film est finalement plutôt destiné à un jeune public, qui à l'image des protagonistes n'a pas encore trop d'expérience de la vie.

C'est néanmoins un très bon film, avec de l'émotion, de l'action, du rire, des personnages attachants, tout ce qu'il faut. Mais ce n'est certainement pas un grand Pixar.

* Spoiler : non parce qu'entre un vieil homme qui n'arrive pas à faire le deuil de l'amour de sa vie et une gamine de douze ans qui flippe parce qu'elle a déménagé à San Francisco, je trouve qu'il y a un gap.

Aucun commentaire: