02 décembre 2015

L'héritage du vide



Ça y est, Starcraft 2, c’est fini*, il est temps de décerner le prix de la meilleure campagne. 
And the winner is… Wings of Liberty, sans problème. 

La campagne terran reste pour moi la plus sympathique, la mieux écrite, celle avec les personnages les plus attachants et le gameplay les plus cohérent. On gagne de l’argent avec les missions, ce qui permet d’améliorer les unités, et on fait de la recherche à partir d’échantillons glanés de ci de là, ce qui permet de booster certaines capacités. On a plusieurs arcs narratifs, dont beaucoup sont facultatifs mais intéressants et/ou rentables, des embranchements avec des choix moraux qui aboutissent à des résultats différents (pas très significatifs au niveau scénar, mais cool)… bref, autant de choses qu’on ne retrouve pas, ou pas aussi bien dans les deux extensions. 

Dans LotV, vous incarnez le "jeune" hiérarque protoss Artanis, chef malgré lui.
Et c'est plutôt agréable de diriger son vaisseau de survivants afin de l'aider à trouver des alliés
pour vaincre le Xel'naga renégat Amon.

Mais Legacy of the Void, la dernière campagne juste sortie, se hisse sans problème sur la deuxième marche du podium : déjà, elle comprend une intro et une conclusion en forme de minicampagnes de trois missions chacune, très sympas et aux gameplays spécifiques. Ensuite, l’intrigue est beaucoup mieux écrite que la campagne zerg : elle m’a même fait béer deux ou trois fois de surprise (bon, c’est pas The Witcher, hein, mais pour du Blizzard c’est pas si mal, ça rappelle les bons moments de Warcraft 3). 


La Lance d'Adun, votre vaisseau amiral qui pète.
Qui pète parfois littéralement, surtout quand vous lancez des frappes orbitales
pour aider vos unités au sol...


Niveau gameplay, comme pour les autres campagnes, ne comptez pas trop dessus pour apprendre à jouer en multi : tout est atrocement simplifié. Les unités déblocables (nombreuses et justifiées scénaristiquement) sont pétées, la poussée temporelle est permanente, la Lance d’Adun, votre vaisseau amiral, peut effectuer des frappes orbitales, warper des unités, générer des pylônes… bref, en mode Normal, c’est du tout cuit (j’ai dû perdre trois parties en tout, et plus parce qu’il y avait un temps limite qu’autre chose). À partir du Difficile, le challenge commence, et en Brutal je pense que vous aurez besoin de toutes les options judicieusement agencées pour vous en sortir. 

En tout cas j'ai beaucoup aimé cette nouvelle et dernière campagne (quoique je ne sois pas fan de l'ultime conclusion, beaucoup trop putassière à mon goût), nettement plus qu'Heart of the Swarm en tout cas. Maintenant si vous voulez bien m'excusez, je dois farmer tous les hauts faits du jeu...

* Enfin, jusqu’à ce que Blizzard sorte de nouveaux DLC hors continuité, comme il commence à l’annoncer avec Nova : Opérations secrètes. J’aime pas trop le personnage de Nova, qui fait plus babe du Salon de l’auto que véritable guerrière vétéran, mais bon, on verra…

Aucun commentaire: