05 septembre 2016

Neil's Games Week 2 : Don't Starve Shipwrecked


Ce week-end, j'ai invité quelques amis chez moi pour une soirée découverte de jeux vidéo plus ou moins indé ayant pour commun dénominateur d'être cool. Si vous suivez l'univers du jeu, vous ne devriez pas découvrir grand-chose, mais sait-on jamais, voici donc la deuxième (la première était là !) Neil's Games Week, avec un jeu présenté par jour ! 


Ah, la plage, le sable fin, les crabes qui s'enfuient en poussant des petits cris rigolos...


Et on commence tranquillement avec Shipwrecked, la nouvelle version de Don't Starve, un jeu dont j'ai déjà pas mal parlé. 
Pour rappel, Don't Starve est un jeu de survie dans lequel vous incarnez un petit personnage isolé qui doit se démerder. Les graphismes lorgnant vers le style "Tim Burton" et les animations toute mignonnes cachent un jeu d'une brutalité épouvantable et horriblement difficile. Sur la version classique, j'ai un personnage qui en est à son 190e jour, mais depuis les développeurs ont sorti l'extension Reign of Giants, bien plus costaude.
Et Klei, le studio à l'origine du jeu, a collaboré avec Capy pour créer une version "Robinson Crusoé", sobrement baptisée Shipwrecked.


Tout va très bien, ne te retourne pas !

Shipwrecked, ce n'est pas Don't Starve en mieux, parce que Don't Starve c'est déjà génial. Mais c'est largement aussi bien, et plus dépaysant : l'ambiance insulaire est très agréable, on risque moins de mourir de froid et de faim (mais on meurt, hein, pas de souci), les mécaniques classiques côtoient les nouveautés (la principale étant le craft de bateaux et, logiquement, la navigation) et on se retrouve de nouveau à perdre tout son temps libre à essayer de survivre à la saison des inondations. 


Parmi les nouveautés, la map contient un volcan, avec un biome à part à l'intérieur.
Spoiler : y a de la lave.


Bref, un jeu qu'il faut absolument essayer un jour où vous avez un peu de temps devant vous. C'est dur, c'est difficile, c'est impitoyable, mais y a des dodos !



Aucun commentaire: