01 mars 2017

I've got the perfect life


J'en ai déjà parlé à plusieurs reprises, je suis un grand fan des jeux point & click de Wadjet Eye Games (Blackwell, Technobabylon...). Je viens de finir l'une de leurs dernières productions, Shardlight, et c'est une fois de plus une petite merveille d'ambiance et de récit.


Shardlight pose l'atmosphère d'entrée : monde post-apocalyptique régi par des aristocrates véreux, population à demi-asservie en proie à une mystérieuse maladie (le green lung) qui ne peut être temporairement soignée que par un médicament distribué au compte-gouttes (et par tirage au sort en échange de travaux d'intérêt généraux pourris), secte adorant le Reaper, un avatar de la mort, qui annonce la fin des temps prochaine...
Et partout des éclats de verre vert phosphorescent, suspendus à toutes les ficelles disponibles, sans que ce ne soit jamais expliqué. 

Dans ce monde à l'abandon vous dirigez Amy, une mécanicienne tout juste atteinte du green lung, qui va se retrouver embarquée dans des histoires de résistance. 


En termes de gameplay, c'est du point & click simple, jamais prise de tête (l'inventaire est assez réduit). 
En termes d'aventure, en revanche, c'est la classe : tous les dialogues sont doublés (seulement en anglais, mais magistralement), l'intrigue est sombre et captivante, les personnages fouillés et jamais manichéens... 
Bien sûr il n'y a pas des masses d'embranchements et c'est une aventure qu'on ne fera sûrement qu'une fois (en 7-8 heures de jeu), mais si le genre vous plaît, et si vous lisez bien l'anglais, foncez !

Aucun commentaire: