17 juillet 2017

L'araignée, l'araignée...


J'ai vu Spider-Man Homecoming, qui signe le grand retour (même si on l'avait déjà vu dans Captain America Civil War) de l'Homme-Araignée dans le Marvel Cinematic Universe.
Ça me fait bien plaisir puisque Spider-Man est sans doute mon héros préféré (juste après Batman, hein, faut pas exagérer), et que le voir faire face à Tony Stark (Robert Downey Jr., définitivement le VRP de la licence) en père de substitution très maladroit est super cool. C'est une réinterprétation cohérente et logique des personnages, que je ne peux qu'applaudir.

Idem pour le Vautour : beaucoup de méchants de l'univers Spider-Man sont fondamentalement peu intéressants (la plupart du temps ce sont juste des bandits qui se retrouvent avec des superpouvoirs, sans grande profondeur psychologique), et les films les ont souvent modifiés pour les approfondir un peu. C'est le cas ici, avec une refonte complète du personnage d'Adrian Toomes, le Vautour, qui pour le coup bénéficie du jeu génial de Michael Keaton, sans problème une des grandes forces du film.

L'autre grande force, c'est Tom Holland, très bon Peter Parker qui a vraiment l'air d'avoir quinze ans, sans se forcer. Ses potes de lycée font tout aussi ado (et Flash Thompson, même s'il est toujours un imbécile, n'est plus le capitaine de foot américain décérébré ordinaire, et ça fait du bien), et tante May s'est reconvertie en bombasse italienne (le film ne cesse de nous la décrire comme "hot", au point que c'en est un peu gênant tant l'actrice choisie, Marisa Tomei, n'est pas particulièrement sublime – elle est très bien, hein, mais pas du tout dans les canons habituels de la "mégabombasse").

On appréciera en outre une intrigue à hauteur d'homme, loin des ampleurs cosmiques des Gardiens de la galaxie ou des Avengers (c'est bien le cosmique, mais de temps en temps s'occuper des voleurs et des trafiquants ça fait du bien).

Et donc, du coup, avec tous ces bons points, que vaut le film ? Eh bien il est... correct. Sans plus. Il se regarde bien, surtout en ces chauds après-midis de jours fériés, les acteurs ne déméritent pas, la réalisation est convenable, il y a au moins une scène grandiose (le face à face à dans la voiture, je ne spoile rien, mais là on a du grand Michael Keaton). Mais sinon, ben ça va pas bien loin, ça ne prend pas de risque, et au final ça ronronne un peu. Ce n'est pas très grave si, comme moi, vous considérez le MCU comme une grosse série dont certains épisodes sont fatalement meilleurs que d'autres. 
Mais bon, voilà quoi.

Spider-Man Homecoming, Jon Watts, 2017

2 commentaires:

Vichenteku a dit…

Pareil, c'est un bon film mais pas le meilleur, sans grande fulgurance mais il fait franchement du bien car il ne se prend pas la tête et ça c'est cool. Je n'ai pas la connaissance de l'univers spiderman mais j'ai effectivement adoré ce peter parker là. Vrai ado, avec des problèmes d'ados. Et oui cette scène dans la voiture est géniale d'une tension!!!!

J'ai préféré ce spiderman à la dernière série qui était en cours.

Neil a dit…

J'avais (à ma grande surprise) bien aimé Amazing Spider-Man 2 (j'étais sûrement fatigué), je trouvais notamment que la relation Peter/Gwen fonctionnait bien.

Mais bon, il y a évidemment eu beaucoup trop de films sur Spidey (sans même parler des séries animées, à moment donné j'en découvrais une nouvelle à chaque fois que j'allumais une télé), avec des problèmes de licences passant d'un studio à l'autre. Je pense que Hollywood a fait le tour de ce qu'il pouvait faire avec ce héros, donc j'aime autant le voir dans le MCU, à faire son petit truc dans son coin, plutôt que comme personnage central d'un autre film décorrélé.