29 septembre 2017

Neil a vu... DuckTales 2017



La chaîne Disney XD a donc décidé de rebooter la bonne vieille série DuckTales (La Bande à Picsou en français, mais comme je regarde la série en VO, j'utiliserai les noms anglais, et je préciserai la traduction classique entre parenthèses).

Et c'était ce qui pouvait arriver de mieux à la franchise. Les créateurs de la série ont réussi à moderniser le concept tout en conservant à la fois le côté aventureux des vieilles BD de Carl Barks, l'aspect famille et la cohérence introduits par Don Rosa, l'humour des vieux dessins animés de Donald et en ajoutant une bonne louche de modernité, que ce soit au niveau graphique (les images parlent d'elles-mêmes) ou sur le plan caractérisation de personnages.

Dès le premier épisode (que je vous conseille d'aller voir immédiatement, surtout que je risque de divulgâcher dans la suite de l'article), on découvre une situation différente. Dans le DuckTales original, Donald confiait les neveux à son oncle Scrooge (Picsou) pendant qu'il travaillait comme mousse sur un porte-avions. On n'en savait pas beaucoup plus...
Cette fois, les relations entre Donald et son oncle sont beaucoup plus tendues : il semble que les deux canards soient froissés depuis plusieurs années, au point que Huey, Dewey et Louie (Riri, Fifi et Loulou) ne sachent même pas qu'ils sont apparentés au canard le plus riche du monde.

Tout va découler de là, et de la quête des triplés pour découvrir ce qui est arrivé à leur mère Della (un point jamais, au grand jamais abordé dans toute l'histoire des canards, même le grand Don Rosa n'a pas osé s'y attaquer).


Webby (Zaza), l'adorable petite fille insupportable de l'ancienne série, se dissimule sur cette image.

Par-dessus cette intrigue qui s'annonce fascinante, toute la palanquée de personnages habituels est présente, certains complètement réinventés, à commencer par les triplés (qui ont désormais chacun une personnalité) et surtout Mrs. Beakley (Mamy Baba) et Webby (Zaza), qui sont devenues des sortes d'héroïnes ninjas badass (Webby est instantanément passée du statut de souvenir désagréable de l'ancienne série à celui de personnage préféré de nombreux fans).

Dans l'épisode 3 (qui vient de sortir), on découvre aussi ce que sont devenus Gyro Gearloose (Géo Trouvetou) et Miss Emily Quackfaster (miss Frappe) dans les mains des character-designers fous de Disney, et c'est... différent et génial à la fois. Gyro est un jeune inventeur génial mais arrogant, Quackfaster une archiviste mystique et lunatique.

Même Lil Bulb (Filament) est devenu un personnage nouveau
(pour faire simple, il est un peu flippant).

Comment ? Vous ne voyez pas qui est miss Frappe à la base ?
Bah, cherchez, vous serez surpris de découvrir que ce personnage avait un nom.


Seulement trois épisodes sortis et je suis déjà fan hardcore de cette série. C'est tout ce qu'on pouvait espérer d'un reboot de DuckTales, et bien plus. Les références à Barks comme à la vieille série télé fourmillent dans les décors et les différentes traces écrites qu'on trouve un peu partout, les pistes d'intrigue foisonnent (on sent déjà poindre à l'horizon la venue de Gizmo Duck – Robotik...), j'ai hâte de voir où ils vont avec l'histoire de Della, de voir quels personnages vont apparaître prochainement (on nous promet Gladstone - Gontran -, Goldie...), de découvrir ce qu'ils ont fait de Magica de Spell (Miss Tick), de Ludwig von Drake (Donald Dingue), et pourquoi pas de Daisy ou de Fethry (Popop) ?



Une certaine vision de la classe. Rappelons que Scrooge a notamment inspiré Indiana Jones
(ce n'est pas une blague !).



Avec un pareil aréopage, on en oublierait presque notre personnage principal, Scrooge McDuck, canard le plus riche du monde, plus dur que les gros durs et plus malins que les petits malins. Et...
Il est parfait. Vieux mais décidé, malin, agile, vif, radin comme jamais, avec la voix exceptionnelle de David "docteur Who" Tennant qui a su trouver le ton parfait (les nouveaux seront peut-être surpris par son accent écossais, mais il l'avait déjà dans la première série en VO, les différents accents anglo-saxons étant rarement repris dans les doublages français). En plus ils lui ont redonné sa veste rouge (couleur d'origine dans les comics).

Bref, vous l'aurez compris, c'est pour moi l'événement télévisuel du moment, bien plus que les annonces plus ou moins grandiloquentes sur la fin de Game of Thrones ou la saison 2 de Stranger Things. Comme on dit chez les fans : Woo-hoo !


Même la reprise du générique dépote.

5 commentaires:

Bij a dit…

Woo-hoo!

A propos de Gearloose, je me dis en comparant son nom français et anglais : est-ce que le personnage d'origine en VO n'était pas plus près du personnage revisité en VO que du personnage d'origine en VF ?

Non parce que Gyro Gearloose, ça affiche direct le côté savant fou dans le nom du personnage... Alors que Géo Trouvetou, ça colle parfaitement à mon souvenir d'enfant du gentil bricoleur de la VF... D'où cette interrogation : quelqu'un connait la version d'origine en VO du personnage ?

Just asking.

Neil a dit…

Gyro a été inventé par Carl Barks, comme bon nombre des personnages de la série, du coup on peut considérer que sa version est la plus canonique : c'est un personnage un peu farfelu, mais très serviable, gentil et sympathique.

Dans la vieille série DuckTales, la principale différence avec le comics est qu'il a l'air plus vieux, et qu'il a un côté beaucoup plus paternel vis-à-vis des triplés (mais ça semble un choix logique pour une série destinée aux plus jeunes, mettant Donald à l'écart et Huey, Dewey et Louie en avant).
Mais dans toutes les versions (BD américaines ou européennes, vieille série tv), une constante est clairement sa gentillesse (voire sa candeur) envers autrui (il se fait d'ailleurs souvent manipuler par Scrooge en ce qui concerne ses factures). Pour simplifier : Gyro ne s'énerve pour ainsi dire jamais, et si ça arrive (il y a un vieil épisode de DT où il repart dans le passé pour devenir chevalier parce qu'il en a marre de sa vie), il ne blâme pas les autres.

Que je sache, cette nouvelle version est totalement différente de tout ce qui avait été fait précédemment. Gyro est plus jeune, et a vraiment un sale caractère... d'ailleurs la fin de l'épisode 3 le voit fomenter un nouveau projet intitulé "Blatherskite", une claire évocation du costume de Gizmo Duck (Robotik), et ses intentions à ce sujet semble assez sombres.

Victor von Jul a dit…

Mais mais mais... Et Launchpad McQuack (Flagada Jones) ? C'était mon personnage secondaire favori, continuellement gaffeur et à côté de la plaque mais sans le vouloir - en gros un croisement entre Super Baloo et Gaston Lagaffe. Est-ce qu'on le revoit dans cette série ?

Neil a dit…

Launchpad est là, et bien là. Il est... très drôle. Et très con.
En fait il lorgne plus vers le Chris Pratt de Parks & Recreation maintenant, à la frontière du débile léger. (pour pinailler, je rappellerai que Super Baloo est arrivé après La Bande à Picsou, et donc Launchpad n'est pas inspiré de Baloo... mais c'est pour pinailler)

On en est à cinq épisodes au moment où j'écris ces lignes et pour l'instant la série se concentre fortement sur les enfants, les aventures urbaines et la présentation des méchants. C'est cool et drôle, mais j'ai quand même hâte de voir Scrooge repartir à l'aventure.

Victor von Jul a dit…

Je plaide innocent pour la comparaison avec Super Baloo, les deux séries passaient en même temps dans mes jeunes années :P
Merci pour la réponse, ça donne envie de regarder cette série :) :)