01 février 2012

En léger différé d'Angoulême

Pendant le festival d'Angoulême, on voit pleinplein de trucs passer, parfois très bons, parfois moins. A défaut de vous faire un bilan convenable du salon 2012, je vous propose quatre lectures intéressantes à vous procurer d'urgence.

Si par hasard vous n'en avez pas entendu parler (c'était un peu l'événement grand public du festival), Pénélope Bagieu (elle est beeeelle !) et Boulet (il est roooouux !) ont écrit une BD à quatre mains. Le résultat est une vraie réussite, dans laquelle on retrouve certains thèmes fétiches des deux auteurs, notamment la personnalité et les repères au sein de la société de consommation... Accessoirement c'est aussi très agréable à lire. Une nouvelle impeccablement ficelée, comme on était en droit d'attendre de ce duo de bosseurs infatigables, devenus emblématiques de la bande dessinée actuelle.
La Page blanche, éd. Delcourt.

Pour son premier album, Marine Blandin a pondu une petite perle. Imaginez un monde-centre nautique, dans lequel les nageurs sont plus des habitants que des clients. Les maîtres nageurs veillent à la bonne marche de ce petit écosystème, une petite dame mystérieuse s'obstine à balancer chaque jour une carotte dans le grand bassin, les trois vieilles peaux du jacuzzi donnent des oracles à qui a l'heur de leur plaire... Et un jour, tout se détraque. Un univers barré et fascinant, et sans doute la meilleure BD de piscine depuis Le Goût du chlore (quelle drôle de compliment !).
Fables nautiques, éd. Shampooing.


Ça c'est de la bonne. Cela fait déjà cinq tomes que Florent Maudoux calme son monde avec cette série grand public hautement géniale, démontrant qu'il y a de la place en France pour une BD axée "pop-culture", aventure, action, zombis et rigolade, tout en faisant montre d'un talent graphique époustouflant. Il souffle sur ces albums un esprit whedonesque des plus vivifiants, et il serait vraiment dommage de passer à côté. Petit bémol (qui n'en est pas vraiment un) : la série ressort en ce moment entièrement en couleur, une version qui n'a pas vraiment d'intérêt. Préférez-lui les bons gros volumes noir et blanc (le peu de couleurs qu'ils contiennent enfoncent allègrement celles de la réédition).
Freaks' Squeele, éd. Ankama.
Bon, je vais être tout à fait sincère : je n'ai pas encore lu cet album. Je passais devant le stand Delcourt, et alors qu'une foule se pressait devant les bureaux de Boulet, Reno, Régis Hautière  et Guy Delisle, j'ai vu Zviane et Iris toute esseulées. Familier du blog de la première, j'allai les voir pour leur demander si elles dédicaçaient, et elles se montrèrent si enthousiastes que j'allais acheter leur BD illico pour me faire faire un joli dessin et profiter de leur conversation aux joyeux accents de la Belle Province. Eh ben c'était cool. 
L'Ostie d'chat, éd. Shampooing.

Ah, je mentais pas !

2 commentaires:

Aude a dit…

Fables nautiques c'est LA B.D. trop chouette qui flexe en diagonale !

SammyDay a dit…

Freaks' Squeele, c'est de la GRAVE BONNE came. Même qu'ils en ont fait un jeu de société.