Ex nihilo Neil

25 novembre 2020

Les bijoux de la girafe

 

Je ne suis pas forcément très branché bijoux, breloques et autres colifichets. Mais pour une fois, je vais aborder le sujet, puisqu'une amie à moi (que vous avez déjà vue ici dans le rôle de ma fausse ex-femme) vient de lancer sa boutique en ligne. 

La Girafe du Lac (allez comprendre !) propose des bracelets, colliers et boucles d'oreille tout mignons, faits main. J'aime particulièrement les bracelets dits « épis », que je trouve plutôt élégants (j'en ai déjà offert plusieurs fois, et ça a plu).

Du coup, Noël approche, et il faut encourager nos petits artisans, alors n'hésitez pas. Ça ne dépareillera pas au pied du sapin, à côté d'une PlayStation 5 (par exemple artistiquement posé sur la boîte de Demon's Souls).

23 novembre 2020

La forge des héros

Vous connaissez Hero Forge ? C'est un site de customisation de figurines en ligne, j'ai découvert par hasard en voyant une émission de Benzaie, on peut faire des trucs assez cool dessus (même sans s'abonner, on a déjà des résultats marrants).

Du coup j'ai essayé de faire quelques personnages d'Ex nihilo Neil, à titre expérimental. C'est pas bluffant, mais c'est rigolo.

Andrine

Neil

Twick

Win

En vrai, c'est en 3D, on peut les faire tourner et tout et tout... N'hésitez pas à aller y faire un tour, c'est vraiment sympa et simple d'utilisation (chaque figurine ne m'a pas pris plus d'un quart d'heure).

18 novembre 2020

Fatigué, JV et BD

Il est dur, ce deuxième confinement, hein ? Non ? Parce que nous on le trouve dur.

Peut-être parce que cette fois, on ne va pas vers l'été mais vers l'hiver. Comme dit le poète, « Octobre, tes journées raccourcissent » (ceux qui connaissent me haïssent désormais).

Peut-être parce que le fait qu'il y ait un deuxième semble impliquer qu'il y en aura encore d'autres, et donc qu'on est loin du bout du tunnel.

Peut-être parce que désormais, il devient difficile de refuser de voir que notre société bat la breloque, qu'elle est dirigée par des poulets sans tête, que le mur qu'on nous annonce depuis cinquante ans est désormais inévitable et que nos enfants vivront dans un monde à la Mad Max Fury Road en maudissant la mémoire de leurs ancêtres. 

Ok, bon, bref, je suis pas trop dans un mood hyper joyeux en ce moment, alors on va essayer de parler de trucs plus sympas. Alors, les jeux vidéo, les BD, yoohoo, pom pom pom...

*

* *

Assemble with Care


 

Mercredi 11 novembre, j'avais juste envie de me blottir sous la couette, mais je suis incapable de rester tard au lit, alors j'ai lancé ce petit jeu qui se rapproche assez de l'expérience couettesque (pendant que Bij jouait à un truc horrible avec des morts partout, dont je reparlerai une autre fois).

Assemble with Care dure à peu près deux heures, il n'offre aucune difficulté et sent bon la brioche et le chocolat chaud. Vous incarnez Maria et vous réparez des objets que des gens vous confient. C'est naïf, bateau, mais agréable comme un joli conte, les graphismes sont mignons et ça fait voyager. 

*

* *

Grounded


 

Ce week-end, Grounded était en essai gratuit sur Steam, j'en ai profité pour y passer deux petites heures histoire de voir. Grounded, c'est très facile à résumer : Chéri, j'ai rétréci les gosses – le jeu. On est dans la survie light, à la Subnautica, sauf que le décor, c'est le jardin devant la maison. La balle de base-ball fait la taille d'un gymnase, on boit de la rosée, on copine avec les fourmis et on combat des acariens et des araignées. 

Comme le jeu a l'air assez narratif, je vais attendre qu'il sorte d'accès anticipé pour y jouer vraiment, histoire d'avoir toute l'expérience en un coup (la même raison pour laquelle je n'ai pas encore lancé Subnautica – Below Zero et Raft). Mais les deux premières heures m'ont complètement conquis, l'ambiance est très sympa, le monde très cool, ça donne envie.

*

* *

Kim Traüma 1 – Silicon Carne


 

Tiens, un nouveau spin-off de Freaks' Squeele. Qu'est-ce qu'il va nous sortir cette fois, le Florent Maudoux ?

Eh ben de la balle, comme d'hab' ! Kim Traüma, alias Kim Sennecey, alias Tatoobib, c'est le docteur officiel de la FEAH, l'école des héros dans Freaks' Squeele. Un boulot pas évident quand vos patients sont des adolescent à superpouvoirs.

Comme Maudoux est un garçon sérieux, il a demandé conseil à de vrais psychologues spécialisés dans l'adolescence. Mais comme Maudoux est un auteur génial, on ne se sent jamais gêné par cette exigence de véracité, et on plonge dans l'aventure avec plaisir, d'autant qu'on y retrouve les jumeaux Castor et Pollux, présentés dans Funérailles, qui font sans doute partie de mes persos préférés de la saga. Et mention spéciale à Rebecca Morse, qui dessine une des deux aventures de l'album, son style se fond parfaitement dans l'esprit de la série, au point que j'ai mis un moment à réaliser que ce n'était plus Maudoux (alors qu'objectivement, le trait est très différent !).

*

* *

Les Vieux Fourneaux 6 – L'Oreille bouchée

 


Nouveau tome des aventures des vieux briscards, qui cette fois partent en Guyane, carrément ! J'avais été légèrement déçu par le tome précédent (qui restait très bien, mais qui m'avait laissé sur ma faim), celui-ci rattrape le coup sans problème. C'est toujours agréable, toujours beau, toujours revendicatif, c'est un plaisir. 

*

* *

Donjon Zénith 8 – En sa mémoire

Donjon Monsters 13 – Réveille-toi et meurs


 

On ne s'y attendait pas, mais Sfar et Trondheim ont vraiment relancé la saga Donjon (dont j'ai déjà parlé plein de fois, et que vous connaissez certainement). Trois tomes viennent de sortir, mais je n'en ai lu que deux (pour des raisons qui ne regardent que moi, car je suis un homme à la psychologie complesque). En sa mémoire est dessiné par le grand Boulet, et est franchement à la hauteur de la série principale : drôle, malin, bien mené et parfaitement intégré à l'histoire. 

Réveille-toi et meurs est plus proche des épisodes les plus sombres, comme Des soldats d'honneur, ce qui ne la rend pas moi excellente, magnifique et désespérée (d'autant qu'elle est dessinée par l'illustre David B). 

Vous pouvez y aller sans crainte, après 42 tomes, la série n'est toujours pas en train de s'essouffler.

16 novembre 2020

Tribute to... Guillaume Cassar

 

Allez, on repart sur les terres sauvages de YouTube et cette fois c'est un chroniqueur cinéma que je vais mettre à l'honneur. Pour changer.

Guillaume Cassar est dans le game depuis 2014 mais je l'ai découvert assez récemment. Son émission Subjectivement objectif est, pour faire simple, une chronique où il critique un film récent, ou un vieux classique (plutôt dans les films de genre pop-culture, hein). Il a notamment récemment réalisé des suites de chroniques dédiées à des sagas cinématographiques, genre Alien, Jurassic Park ou Les Dents de la mer.

Sur le fond, Cassar est quelque part au barycentre entre Karim Debbache, le Fossoyeur de films et Mr Meeea. Autant dire que je kiffe plutôt bien sa production. Le ton est rapide et on sent la très forte influence de Crossed et Chroma (y a pire, comme influences), les informations sont pléthoriques et très bien documentées, et les petites blagues font mouche (sans être à se rouler par terre, elles arrivent à créer une petite connivence particulière que je trouve très réussie).

Et surtout, comme les trois illustres vidéastes précités, Cassar est partisan de cette idée que je trouve fondamentale dans la critique artistique : il y a toujours quelque chose à tirer d'un film. Même la pire des catastrophes industrielles n'est pas entièrement à jeter, et quand bien même ce serait le cas (Uwe Boll, je te regarde), l'histoire derrière est tout de même intéressante et en dit souvent long sur le monde du cinéma.

Bref, Guillaume Cassar, c'est très agréable, instructif, rigolo et intelligent. 

Oh, regardez, il a même fait un truc sur un film que j'aime beaucoup.