02 février 2018

L'hégémonie de la prune



L'autre jour je me suis fait (gentiment) reprendre par un ami nancéen intégriste parce que j'avais osé qualifier de « prunes » les mirabelles au sirop qu'il me proposait. Comment avais-je osé mettre dans le même panier cet orgueil de la Lorraine, ces merveilleuses perles dorées et juteuses, et tous ces odieux pseudo-fruits pruneaugènes, reines-claudes et autres quetsches, infâmes rebus du règne végétal ?

Bon, j'étais un peu surpris, pour ne pas dire interloqué, du coup j'ai été vérifier, épaulée par ma fidèle compagne qui, entre autres qualités, se pique de botanique. Et quelle n'a pas été ma surprise en découvrant que tous ces fruits proviennent de la même espèce végétale, le Prunus domestica, se distinguant simplement par la sous-espèce (domestica pour la prune classique, italica pour la reine-claude, syriacka pour la mirabelle et insititia pour la quetsche). 


Fruit de Prunus domestica domestica.


Mais il y a plus fort. Quand j'étais gamin, on avait un arbre dans le jardin que ma mère identifiait vaguement comme un « prunus ». Or il s'avère donc que Prunus est un genre, qui est loin de se limiter aux pruniers : le cerisier, le merisier, le pêcher, l'abricotier, l'amandier, le prunellier... sont des Prunus

Ça c'est des fruits de Prunus.

Ça c'est des fruits de Prunus.

Ça c'est des fruits de Prunus.

Ça c'est des fruits de Prunus.

Ça c'est pas tout à fait un fruit de Prunus. Mais pas loin.
Ce qui n'est pas si absurde : quand on y pense tous ces fruits se ressemblent un peu (plus qu'à un ananas, une fraise ou un agrume, par exemple) : un gros paquet rond de chair juteuse autour d'un noyau. 
On en apprend tous les jours.

Comment ça on s'en fout ?

3 commentaires:

Vichenteku a dit…

+1 on s'en fout royal ;)

SammyDay a dit…

Et l'ami nancéen intégriste, il s'en fout ? (perso pas étonné puisque le brugnon-nectarine est selon la légende issu d'une branche de prunier sur un pêcher... mais toujours épaté que l'amande fasse partie du lot).

Bij a dit…

Autre "fun fact" sur les Prunus : dans la plupart des cas, au printemps, les fleurs sortent avant les feuilles. D'où (entre autres) les superbes cerisiers du Japon sur lesquels rien ne vient masquer la beauté délicate et éphémère de la floraison...