24 septembre 2012

Les Masques de Nyarly



Les plus rôlistes d'entre vous n'auront pas manqué de remarquer que paraît depuis 2008 la sixième édition française du célèbre jeu L'Appel de Cthulhu. Elle est publiée aux éditions Sans Détour (j'ignore totalement ce qui a pu se passer avec Chaosium et Wizards of the Coast, les éditeurs historiques) sous forme de somptueux bouquins hard cover. Je vous parle de dizaines de compendiums indigestes décrivant minutieusement chaque aspect de l'univers de Lovecraft. Je ne peux pas m'empêcher de me dire que celui qui les lit et les intègre tous doit être une brute en culture générale.

Mais rien n'arrive à la cheville de la plus géniale campagne jamais pondue pour ce jeu :

Oh oui, prends-moi grand fou !
Nous l'avons faite. Oh, c'était il y a bien longtemps, nous étions jeunes et inconscients, nous croyions encore que le Chaos était une invention littéraire (depuis nous avons rencontré Hervé). Et on est morts. Et on est re-morts. Et on est re-re-morts. C'est vrai qu'elle est connue pour générer du cadavre d'investigateur à la pelle (de Cthulhu), mais la vache, qu'est-ce qu'on a pu crever pendant cette campagne !
Mais une d'entre nous a survécu ! Celle qui ne jouait plus, mais dont nous avons conservé le personnage avec nous, histoire de servir de "sauvegarde". Son PJ expliquaient aux nouveaux venus les tenants et aboutissants de l'aventure. C'était bien pratique.

Allez, je ne peux résister à l'envie de relater ce mail formidable que mon ami Oud fit, suite à un échange avec mon autre ami Xebax :
« Votre personnage vient de se faire tuer, massacré par une petite centaine de dévots d'une secte impie. Toute personne normalement constituée se dirait : "zut, je l'ai pas joué assez fine, j'aurais dû me planquer mieux ou me sauver plus vite." Le Basque, lui, considère que s'il est mort, c'est qu'il n'était pas assez bourrin, sans quoi il aurait pu tous les buter, ces charognes de sectateurs. Son nouveau personnage sera donc un mercenaire. »
Dont acte.

2 commentaires:

Oud a dit…

Celui qui lit tous les compendiums (merci de m'avoir appris ce mot) de l'appel de Cthulhu doit finir par devenir fou. C'est pas trop catholique qd même :-D

Pour revenir sur la campagne entière Masque de Nyarly, il faut reconnaître que notre ami basque a eu un côté "un pour tous, tous bourrins" :-D

Dans les premiers jeux de rôle que j'ai faits, Audrey était toute timide. Mais lorsqu'il a fallu torturer un perso pour lui extorquer des infos, elle a déclaré: "Laissez-moi, faire. Je m'y connais, je suis médecin"

Bref, les jeux de rôle permettent de se lâcher :-)

Xebax a dit…

Je l'avais oubliée, celle-là ! Merci de rafraîchir ma mémoire, ça me fait bien rigoler.
Il est vrai que j'ai parfois été un peu bourrin, mais Oud a raison, le jeu permet de se lâcher. Et il parle en connaissance de cause, c'était pas le dernier quand il s'agissait de balancer de la dynamite :-)

Ceci dit, l'expérience montre que jouer bourrin, ça ne donne pas toujours de bons résultats dans ce jeu. Mais c'est tellement plus sympa !