12 novembre 2014

Capes, épées et lapins



Juste un petit mot pour vous signaler que le tome 11 de De cape et de crocs vient de sortir.
Vous me direz : "Comment, le tome 11 ? Mais l'histoire n'était-elle pas terminée ? Les auteurs seraient-ils en train de se transformer en misérables se bornant à traire leur vache à lait ?"
Oui et non. Même si je pense que les auteurs ont effectivement du mal à sortir de l'aura de cette série fabuleuse (le D d'Ayroles et Maïorana, revisite du Dracula de Bram Stoker, était sympathique mais n'a pas convaincu, au point que le dessinateur a carrément quitté la carrière !), on ne peut pas dire qu'ils nous servent de la soupe ici.

Vingt mois avant est, comme son titre l'indique, un prequel, et en l'occurrence il est entièrement centré sur le lapin Eusèbe et son histoire. Les indices qui avaient été jusque-là dispersés sur celle-ci laissaient imaginer des choses incroyables (Eusèbe aurait été garde du cardinal, comédien, il aurait un méchant frère jumeau...), et on n'est pas déçu. Cette première partie, truffée de références à Cyrano, à Molière, à la vraie Histoire (avec l'opposition Fouquet/Colbert) et évidemment aux Quatre Mousquetaires (dont l'intrigue générale est une parodie inversée), se lit avec un indiscutable plaisir. 
L'intrigue est peut-être un peu trop touffue (beaucoup de nouveaux personnages aux motivations troubles, pas moins de six antagonistes...), mais je ne doute pas que tout s'éclaircisse dans le tome 12. Que j'achèterai les yeux fermés, de toute façon. De cape et de crocs reste une des meilleures séries de BD de ces dernières années.

Aucun commentaire: