08 septembre 2016

Neil's Games Week : The Binding of Isaac



Jeu culte pour certains, ignoble pour d'autres, The Binding of Isaac donne tout son sens à l'écart entre le gameplay (indéniablement bon) et l'habillage (indéniablement abject) d'un jeu vidéo.
L'histoire est simple et joyeuse : la mère d'Isaac, fan de télé-évangélisme, entend des voix qui lui demandent de sacrifier son fils. Isaac, terrifié, s'enfuit dans la cave de la maison, qui s'avère être un épouvantable donjon.


Le jeu est signé Edmund McMillen, le créateur de Super Meat Boy.
On reconnaît sa patte graphique à base de fœtus morts-vivants.


On peut interpréter l'intrigue de multiples façons, mais globalement on se promène dans la psyché d'Isaac, ce qui implique tout un panel de monstres aux échos plus ou moins sexuels et scatologiques, des visions freudiennes très glauques...
En termes de gameplay, on est plus proche des donjons des vieux Zelda : chaque étage est un ensemble de salles côte à côte, générées aléatoirement, qu'il faut nettoyer pour trouver des objets et vaincre un boss.


Vous noterez qu'Isaac se bat avec ses larmes.


Tout le jeu consiste donc à obtenir la bonne combinaison d'objets, tout en faisant preuve de virtuosité car les ennemis sont nombreux et dangereux. La musique est extraordinaire (c'est Danny Baranowsky qui compose, le même que pour Super Meat Boy), l'ambiance démoniaque, les références nombreuses et le défi à la hauteur.


Et encore, vous entendez pas les petits gémissements qu'ils poussent...


Le jeu évolue en outre au fur et à mesure de l'avancée du joueur, chaque descente et succès déverrouillant de nouvelles fonctionnalités pour les descentes suivantes. Il a récemment connu une suite, Rebirth, tout aussi ignoble et réputée encore plus réussie.
Un jeu à essayer, et auquel on revient forcément tant il se révèle addictif.

2 commentaires:

Oud a dit…

C'est vrai que ça a l'air glauque et gore. Fais comme moi, joue à Doom4. C'est bcp plus gore, je pense, mais c'est aussi bcp plus jouissif et rigolo :-D. Et en plus, c'est en 3D. Après certes, c'est peut-être un tout petit peu moins subtil :-)

Neil a dit…

Le dernier Doom a une très, très bonne réputation en effet ^^
Après, je ne sais pas s'il est plus jouissif, surtout pour moi qui ne suis pas du tout branché FPS...
Et puis bon, comparer Doom et The Binding of Isaac, c'est comme comparer Inglorious Basterds et Le 7e Sceau, c'est très bien tous les deux, ça n'a juste rien à voir ;-D