29 mars 2020

Préparer une tourtière




Attention, recette du Sud-Ouest. Je dirais même de Lot-et-Garonne, et je dirais presque familiale, parce qu'en dehors de ma famille je n'en ai pas vu souvent.

La tourtière sucrée est un dessert extrêmement simple à préparer et très bon avec du thé ou du café (où elle a l'avantage de remplacer simultanément le sucre et le digestif). Il vous faudra :
- 2 pâtes feuilletées (oui, deux !) ;
- 7 sucres en morceau (oui, sept !) ;
- de l'eau-de-vie (prune, poire...) ou du rhum.

Commencez par étaler une des pâtes feuilletées dans un moule pas trop haut. Préchauffez-la au four 10 minutes, sans la percer. Une fois ressortie, disposez sur cette pâte les sept sucres, suivant le motif satanique qui vous plaira, de toute façon ils vont fondre.

Versez ensuite là-dedans un verre rempli de 1/3 d'eau-de-vie et 2/3 d'eau tout court.
Disposez par-dessus la seconde pâte feuilletée, en sertissant bien les bords (vous pouvez appuyer avec une fourchette pour bien coller les bords des deux pâtes, en plus ça fait une jolie forme). Il faut bien que les deux pâtes soient collées sur les bords, pour éviter qu'elles se séparent pendant la cuisson. 

Laissez une petite demi-heure au four préchauffé à 180 °C. Un peu avant la fin de la cuisson, versez un peu de sucre en poudre sur le dessus pour qu'il colle agréablement à la surface.

Laissez refroidir (ça ne se mange pas chaud). C'est prêt.

Là, typiquement, j'ai mal scellé les bords, ça s'est un peu ouvert.
C'est pas très grave, sauf si vous devez la trimballer loin (et en ce moment,
c'est peu probable).

28 mars 2020

Rigoler devant Making Fiends


C'est vieux, Making Fiends. J'étais encore étudiant quand j'ai découvert ça sur le net, en 2004. Depuis apparemment ça a été adapté pour la télévision, mais je ne suis pas sûr que ce soit arrivé en France. Mais si vous ne connaissez pas les courts-métrages originaux, c'est ici !

La créatrice de la série, Amy Winfrey, a travaillé sur South Park, et ça se sent (pas dans les thématiques mais bien dans l'animation) et plus récemment sur la série culte BoJack Horseman, autant vous dire qu'on n'est pas sur du travail d'amateur. Making Fiends raconte l'étrange relation entre Charlotte, boule de gentillesse fraîchement débarquée dans une nouvelle école, et Vendetta, étrange petite fille qui passe son temps à terroriser son entourage avec ses créatures (« fiends »). C'est tout mignon, rigolo, et ça fait travailler son anglais.


27 mars 2020

Pointer, cliquer et recommencer


Ceux qui suivent mon blog savent que j'ai un type de jeu de prédilection : les point & click.
Et il me semble que le confinement est le moment idéal pour s'y mettre si jamais on ne sait plus quelle série regarder le soir. Le genre du point & click est très accessible, peut se pratiquer à plusieurs devant l'écran et recèle une multitude de perles qui ont l'avantage de tourner sur n'importe quelle configuration. En outre ils sont souvent disponibles sur des supports très divers (PC, tablettes, smartphones, Switch...).

Et pour vous en donner un petit échantillon, je vais sans vergogne copier-coller un mail que j'avais envoyé à mon amie Aude il y a quelques années, en espérant (vainement sans doute) qu'elle ne m'en voudra pas.





Day of the Tentacle


Les grands classiques de LucasArt 
Ces jeux sont surtout sortis dans les années 1980-1990, ils étaient souvent très durs (il fallait un état d’esprit très particulier pour les résoudre), mais aussi très beaux, très cartoons et très drôles. Ce sont tous des chefs-d’œuvre, et ils bénéficient souvent de versions remastered qui fonctionnent très bien sur les écrans modernes, avec des commandes un peu actualisées : 
- Day of the Tentacle : à faire avec une solution pas loin, mais vraiment fendard. 
- Grim Fandango : mon grand chouchou. Une direction artistique jamais vue (art déco + fête des morts mexicaine), une ambiance fabuleuse, une version française dantesque, une histoire géniale… mais là aussi, très dur, soluce à proximité indispensable. 
- Indiana Jones – Fate of Atlantis : le seul vrai Indiana Jones IV. C’est génial, tout simplement. Mais là aussi, c’est parfois coton, et il y a des passages très bizarres à aborder… 
- Thimbleweed Park : techniquement ce n’est pas un jeu LucasArt, il est sorti en 2017, mais c’est un héritier direct, il est très méta, truffé d’hommages à cette époque, et on a adoré le faire. 


Botanicula


Les jeux Amanita Design 
C’est un studio tchèque qui fait des jeux très beaux, très poétiques, avec des énigmes plus ou moins difficiles. Des jeux idéaux pour jouer avec son enfançon à ses côtés. 
- Botanicula : très cool, tout mignon avec ses petites créatures végétales qui réagissent différemment selon les obstacles. Pas très difficile. 
- Samorost : je conseille le 2 et surtout le 3, qui est magique. On contrôle une petite créature qui voyage de planète en planète, rencontre des êtres étranges, résout des énigmes… tout est muet, l’histoire est racontée par des symboles dans des bulles. Très bon. 
- Machinarium : un monde de machines sympathiques, toute rouillées, un peu mélancoliques… les énigmes sont plus des puzzles, parfois un peu coton, mais l’ambiance est excellente. 



Unavowed


Les jeux Wadjet Eye 
Là, on attaque le jeu sérieux : ce n’est plus pour les enfants, les thèmes sont adultes (ça parle de politique, de transhumanisme, de mort… beaucoup de mort en fait). Ce n’est pas triste ou violent, en tout cas visuellement, c’est du point & click à gros pixels, les énigmes ne sont jamais très difficiles, l’inventaire des objets est limité, c’est surtout l’aspect narratif qui est mis en avant, avec une très bonne écriture et de très bons acteurs vocaux. Ce sont mes préférés. 
- Blackwell : il y a cinq jeux dans la série Blackwell, il faut commencer par The Blackwell Legacy. On suit les aventures de Rosangeline Blackwell, une médium qui essaie d’aider des fantômes. C’est à la fois léger et grave, et c’est une excellente introduction à ce type de jeu. 
- Shardlight : dans un monde post-apocalyptique, une jeune mécanicienne va se retrouver embarquée dans la lutte contre le système politique véreux. Très bon. 
- The Shivah : on enquête avec un rabbin sur un meurtre étrange. Très… hébreux. 
- Technobabylon : on est plus dans une ambiance cyberpunk, avec des accros au virtuel, des flics désabusés, des robots… très bon aussi. 
- Primordia : encore du post-apo, purement robotique cette fois.
- Unavowed : un de mes gros coups de cœur de l'an dernier, qui vous propulse dans un univers contemporain, au sein d'une petite équipe occulte qui enquête sur des événements paranormaux. La quintessence de ce que j'aime dans les point & click.


Thomas Was Alone


Quelques autres cas particuliers
- The Darkside Detective : un jeu complètement barré avec des très gros pixels, beaucoup d’humour et de références aux années 1980. J’ai adoré. 
- The Last Door : pas du tout drôle, ce jeu lui aussi à très gros pixels vous embarque dans une ambiance à la Edgar Poe, voire Lovecraft... 
- The Walking Dead : par Telltale, c’est comme un point & click mais très cinématisé, on rentre très bien dans l’intrigue. Il y a plusieurs saisons, à bien faire dans l’ordre. 
- Thomas Was Alone : Bij me demande de le citer, ce n’est pas un point & click mais c’est un jeu très adapté pour les enfants, où on dirige un petit carré qui va rencontrer d’autres formes géométriques, avec un narrateur en fond sonore. C’est vrai que c’est chouette.

26 mars 2020

Acquérir un super pouvoir


Qui n'a jamais rêvé de disposer d'un super pouvoir ? 
Pas un de ces trucs tape-à-l'œil du genre voler, lancer des lasers avec les yeux ou passer à travers les murs, non, un truc vraiment utile au jour le jour.
Le mien, il était simple : pouvoir éditer des pdf. Sans avoir à acheter à prix d'or la licence Acrobat Writer, bien sûr.

Eh bien sachez que c'est possible, grâce à iLovePDF, le site du bien, créé par des anges bisounours shootés à la gummiboise. Fusion, division, compression, transformation en divers formats, extraction, rotation, tout est possible, tout est à votre portée d'une simple volée de clics. En ces temps où chaque interaction avec un collègue peut s'avérer longue et problématique (« Oui, je te fais tes pdf page par page, mais d'abord je dois finir la leçon avec Manon, ok ? »), iLovePDF est un sauveur.

25 mars 2020

Redécouvrir Boulet


Ça fait longtemps que l'époque de gloire des blogs BD est passée. Bien sûr il en existe encore, et on voit régulièrement les boomers de Facebook partager des planches d'Emma, de XKCD ou autres, mais globalement, la grande période est derrière nous. L'heure est aux vidéos et à YouTube, et ce n'est pas moi qui m'en plaindrai car je suis un gros consommateur.

Mais Internet est magique : ce n'est pas parce que quelque chose n'y est plus la mode qu'il a disparu. Ainsi il est toujours possible de remonter le temps et de redécouvrir les blogs fondateurs de Pénélope Bagieu, de Maliki, de Kek et bien entendu de Boulet.

Pourquoi particulièrement Boulet ? Parce qu'à mon sens, Gilles Roussel (alias Boulet, donc) est un des auteurs majeurs des vingt dernières années. Son blog est un témoin de l'évolution du net mainstream des années 2000-2010, sa manière de raconter les anecdotes à tendance geek sans jamais tomber dans la facilité, toujours avec une réflexion d'arrière-plan, une intelligence, une drôlerie et un talent visuel indéniable. Rares sont les posts sur son blog qui n'ont pas rencontré chez moi un écho (sans doute parce qu'il a à peine quatre ans de plus que moi).

Boulet est un bosseur, ça se sent dans chacun de ses « petits traits », dans chacun de ses dialogues, dans chacune de ses notes. Et relire son blog avec le recul nous rappelle que ça fait déjà pas mal de temps qu'il traite de sujets aujourd'hui très à la mode (notamment la vulgarisation scientifique, la zététique, le concept de geek...). 

En plus il a mis dernièrement en ligne un petit jeu très sympa pour occuper les gosses.

24 mars 2020

Remater CDZA


J'en ai déjà parlé plusieurs fois sur ce blog, mais je me dis que j'ai peut-être attiré quelques nouveaux lecteurs : si vous avez grandi dans les années 1980-1990 en regardant Les Chevaliers du zodiaque, vous devez regarder cette saga absolument démente qu'est Les Chevaliers du zodiaque, la série abrégée (CDZA) de StateAlchemist.

Ça reprend tout l'arc dit « du Sanctuaire », c'est-à-dire les combats contre les chevaliers d'or, avec une excellente connaissance de l'œuvre d'origine, le tout remonté, redoublé et drôlifié à un point que je rigole encore régulièrement en repensant à certaines blagues. Si vous avez les références, c'est aussi drôle que du François Pérusse (et si vous ne les avez pas... je suis moins sûr que ça marche, mais tentez quand même, on sait jamais).

Ah, depuis StateAlchemist s'est lancé dans Marvel Comique, une chaîne avec des parodies de dessins animés Marvel, c'est tout aussi drôle.


23 mars 2020

Se cultiver depuis son canapé (par Bij)



Comme il paraît que certains ont peur de s'ennuyer en cette période étrange, voici quelques activités culturelles accessibles en ligne (certaines à titre exceptionnel en ce moment, mais d'autres le sont en continu) :

- Pour commencer local, les musées de la ville de Paris (Petit Palais, musée d'Art moderne, Maison de Victor Hugo...) proposent pas mal de choses. Nous par exemple, on a bien aimé faire un petit tour dans les Catacombes sans faire la queue !

- Dans un autre genre, l
a Philharmonie de Paris ou le Metropolitan Opera de New York proposent de belles captations de spectacles – surveillez le programme, car certaines sont éphémères ! Ou alors vous pouvez aller vous fendre la poire devant des spectacles comiques, comme l'excellent Pulsions de Kyan Khojandi.


- Pour vous dégourdir les jambes, nous vous conseillons la grotte de Lascaux et ses belles peintures rupestres, ou bien les sublimes salles de l'Alhambra de Grenade (😍).

- Pour ceux qui n'ont pas peur d'explorer un site web avec une interface qui ressemble à un jeu de Guitar Hero (et accessoirement qui est en anglais), vous pouvez explorer les collections du British Museum.

- Pour terminer global, il y a tout le site « Arts & Culture » de Google, qui vous emmène dans d'innombrables musées ou sites culturels à travers le monde entier mais dans lequel je ne trouve pas qu'il soit forcément très facile de naviguer (bizarrement, pour un site Google). Donc voici deux exemples pour vous inspirer : la Mauritshuis à La Haye (
🥰) ou encore le site du Taj Mahal (en mode streetview, sans pouvoir rentrer dans le bâtiment hein, mais vous pouvez vous balader sur le site et regarder les bâtiments sous pas mal de coutures, c'est déjà pas mal sans bouger de son canapé je trouve !).


Deux de mes chouchous se sont glissés dans ce post. Saurez-vous les repérer ? Et vous, si vous pouviez nous montrer deux de vos chouchous, ça serait lesquels ?