23 mai 2014

Cadôôôô !

Eh oui, comme c'était mon anniversaire, fatalement, j'ai eu des cadeaux. Et cette année encore, on s'est pas fichu de moi :


D'entrée mes amis Gaëlle et Marc m'ont sonné avec "trente-cinq nanars pour tes trente-cinq ans !"
Je vous garantis que ça surprend. Surtout que dans le tas, au milieu de pas mal de trucs pourris dans tous les sens du terme (et quelques doublons avec ma collection personnelle), on trouve des petites perles comme le Zombis de Romero (pas du tout un nanar, d'après ce que j'en sais), L'Attaque des crabes géants de Roger Corman (incroyable !), Squale (le vrai faux remake non assumé des Dents de la mer par Enzo G. Castellari, que je connaissais jusque-là sous le titre La Mort au large) et le déjà mythique Sand Sharks (qui est très exactement ce que vous imaginez, et a été élégamment rebaptisé Beach Shark en français...). Que de bonnes soirées en perspective !




mais c'est ma chérie qui m'a assis avec Building Stories, la dernière BD de Chris Ware. Si vous ne connaissez pas Chris Ware, et si vous aimez la bande dessinée en tant qu'art narratif, je vous conseille de le découvrir très vite (essayez Jimmy Corrigan, c'est sans doute la plus accessible). C'est chaud, c'est intense mais ça déboîte. 
D'ailleurs, à propos de boîte, vous avez peut-être remarqué que je parle de BD, mais c'est un coffret qui est sur ma table basse...


Eh bien ce coffret n'est pas un collector, c'est l'œuvre Building Stories en elle-même (vous noterez que même le titre est un jeu de mots polysémique). Plein d'éléments, de BD de formats différents, reprenant divers aspects de l'histoire, comme autant de pièces de puzzle à reconstituer. Je viens à peine de commencer et déjà c'est à la fois génial et exténuant.
Bon, après Chris Ware ça parle plutôt du mal-être et de la solitude au sein d'une société de consommation aliénante, hein, c'est pas du super héros ou du chevalier parti sauver la princesse en détresse. En général on en sort soufflé, mais assez déprimé. Mais c'est un artiste incroyable, qui repousse les limites du genre BD à chaque nouveauté, donc je vous le conseille très fort si vous voulez découvrir un auteur entièrement à part.

1 commentaire:

Snowcrash a dit…

Ca m'intrigue cet auteur. A te lire j'ai l"impression d'avoir la version américaine d'Andreas.