04 septembre 2015

Chroniques du monde secret : Innsmouth contre les vampires

De tous les lieux que l’on peut visiter dans TSW, un de mes chouchous restera toujours l’académie d’Innsmouth. Pas seulement parce que son nom est une référence évidente à Lovecraft, mais aussi parce que c’est la rencontre étrange, inattendue et plutôt réussie du mythe de Cthulhu et de l'univers de Harry Potter. Ce qui, sans surprise, donne une ambiance à la Buffy contre les vampires


La sympathique académie d'Innsmouth. Le Poudlard illuminati.


D’emblée vous croisez les seuls survivants de ce qui fut manifestement un bal de Halloween très mouvementé (vu le nombre de corps parsemant les étages).
Vous avez là Annabel Usher, la « sorcière de garde », issue d’une famille de Templiers et venue spécialement d’Écosse (mais appelez-la McGonagall, comme ça c’est plus clair).
Vous avez Hayden Montag, le principal, guindé, fasciné par l’occulte, les mains engoncées dans des gants de latex bleu pour éviter le contact physique avec autrui, peu doué en relations humaines (et doublé par Jeffrey Combs, le Ré-Animator en personne !).
Vous avez l’adorable Carter, quatorze ans, élève la plus douée de sa génération, magicienne surpuissante mais qui reste à dégrossir (« Ça va ? Waoh, j'avais jamais été aussi loin. En magie, je veux dire... »).


Carter, Usher et Montag, un trio bien rodé et assez irrésistible.


Et les trois se prennent tranquillement le bec pendant que les spectres assiègent leur faculté.
Ici on manipule l’anima à l’aide d’un appareil sophistiqué appelé W.A.N.D. (wand = baguette), on découvre que l’université n’a pas de squelettes que dans ses placards (on en a littéralement intégré aux murs) et le proviseur est hanté par un démon yazidi pour avoir tué douze personnes, dont sa mère, en lançant un sortilège quand il était gamin.


Cette dernière mission est d’ailleurs emblématique de l’esprit « Buffy » qui règne ici : en gros, Montag est pourchassé par une mâne (« wraith » en VO). Ces spectres, très puissants, ont tendance à se dissimuler dans les miroirs, du coup vous allez la chasser de miroir en miroir à travers les salles de classe, détruisant les surfaces réfléchissantes au fur et à mesure, jusqu’à ce qu’elle n’ait plus pour seul refuge que la lentille d’un vieux projecteur de diapositives qui traînait là. Et pouf, voilà la mâne prisonnière de l’Ektachrome. Et je trouve ça cool de se dire qu’il y a désormais sur le bureau de Montag une diapositive avec une petite mâne qui s’énerve toute seule dedans.

Voilà, une mâne, c'est ça.
Ça fait partie des ennemis les plus casse-pied du jeu.

MONTAG : Une mâne ? C’est… improbable. Elles ne peuvent pas se manifester loin de leur corps d’origine. Seuls les Yazidis savaient comment… ooooh… les Yazidis. Quand j’étais encore un jeune garçon féru de lecture, j’ai accidentellement entonné un sortilège de mort qui a emporté ma mère, nos voisins, et un couple qui passait dans la rue. Quoiqu’il épargnât leur petit chien brun. J’étais jeune, et j’avais besoin de savoir. Carter, c’est la raison pour laquelle je me retrouve tellement en vous. Un grand et terrible pouvoir, qu’il nous faut modeler avec tous ces soins que je n’ai jamais reçus…
CARTER : C’est… pas vraiment encourageant, monsieur.
MONTAG : Je vous assure que votre magie n’a presque certainement jamais causé de blessures immédiatement fatales. Mais cette affaire laissée en suspens touche à sa fin. Exorciser une mâne réclame un sacrifice rituel. Le mien.
CARTER : Pas question !
USHER : En aucun foutu cas !
MONTAG : En fait… c’est la seule solution. Au royaume du Roi Paon, le sang appelle le sang. Tel est le prix de la magie inconsidérée. Hmm… je devrais garder cela pour mon épitaphe…
USHER : Ceci n’arrivera pas, H. J. ! Bien sûr, je me soumets aux conclusions de votre gros cerveau pour tout ce qui concerne l’occulte, mais la seule leçon que vous apprendrez aujourd’hui sera celle du compromis !
MONTAG : Cela semble… douloureux.
CARTER : Pas autant que de tracer un pentacle avec vos propres entrailles.
MONTAG : Vous vous êtes souvenu des termes du sortilège ! Vous êtes vraiment une élève modèle !


Souvenir de vacances...

Aucun commentaire: