17 février 2017

Les âmes sombres



Sans être un super player, je me considère comme pas trop mauvais aux jeux vidéo. Ok, je suis pas un fou furieux qui fait des speedruns de Super Meat Boy, mais je fais quand même partie de la génération 8-bits, j'ai connu et traversé l'époque des jeux super durs des années 1980-1990, bref, sans être un bourrin, je sais faire deux-trois trucs.
Mais putain Dark Souls c'est dur.


C'est beau, mais c'est dur.
Si vous suivez un chouia le milieu, vous connaissez forcément la série des Souls (Dark Souls 1 à 3 et Demon Souls, et peut-être un peu Bloodborne), action-RPG réputés "exigeants" qui vous mettent dans la peau d'un chevalier mort-vivant dans un monde sublime de dark fantasy désespérée.

Dark Souls, le premier jeu, est indéniablement un chef-d’œuvre de gameplay (effectivement exigeant mais très complet), de level design (complètement hallucinant : les niveaux s'entrecroisent dans tous les sens et on peut accéder à quasiment tout ce qu'on voit) et de narration (passant par des dialogues bien écrits, un background fouillé et des choix jamais formalisés mais bien réels : vais-je tuer tel ou tel PNJ pour récupérer un objet - ou parce qu'il m'énerve - au risque de me fermer l'accès à une zone ?).


L'écran que vous verrez le plus souvent au cours du jeu.


Et puis bien sûr il y a la difficulté : vous êtes lourd, lent, et le moindre ennemi vous enlève la moitié de votre barre de vie. En contrepartie, bien sûr, c'est pareil pour vos ennemis, mais encore faut-il les toucher, les attirer un par un dans des couloirs étroits pour éviter d'être submergé (c'est-à-dire d'affronter plus d'un zombi à la fois), maîtriser au moins une ou deux des multitudes d'armes disponibles...

Chaque mort vous fait perdre l'intégralité des âmes que vous récoltez en tuant des ennemis. Ces âmes sont la seule monnaie du jeu : c'est avec elles qu'on améliore son personnage, ses armes et ses armures. Vous avez une chance et une seule de les récupérer là où vous êtes mort la dernière fois, mais si vous remourez sur le trajet c'est fini (et évidemment les ennemis réapparaissent à chaque fois que vous vous reposez ou mourez).

Bref, c'est dur sa mère la race de sa grand-mère, et je n'arrive même pas à tuer le deuxième boss (le premier "vrai" boss après le tuto). J'ai un peu honte, mais bon, voilà quoi !

Sinon, une très bonne vidéo (même si le style vocal peut agacer) de Creepy as Sh*t sur le jeu et son ambiance.


2 commentaires:

Dimitri a dit…

Ah non mais Dark Souls, ça peut être génial comme une grosse purge en boîte... entre autres, tout ceux qui ont passé 20h sur Ornstein et Smough peuvent le confirmer.

Pour ma part, j'adore, mais quand même.

Si tu as besoin d'un coup de main (et j'ai cru comprendre que tu jouais au premier Dark Souls, et sur PC), je peux peut-être aider ? Je suis pas très bon, mais deux joueurs valent mieux qu'un. Après, j'imagine que tu as déjà des gens plus proches qui peuvent aider ^^

Bonne chance sur les routes ardues de ce très bon jeu, mais ô combien frustrant !

Neil a dit…

En fait, je vois bien que DS c'est super bien, c'est juste que ça demande beaucoup trop de temps d'implication pour mon planning actuel... Je pense qu'à une époque j'aurais pu, mais aujourd'hui c'est plus possible, et mes capacités de concentration ne sont plus ce qu'elles étaient en plus.
Mais bon, un jour je re-retenterai peut-être ^^ de toute façon il est au chaud dans ma bibliothèque Steam.